CHEF D’ORCHESTRE

Chef d'orchestre

La rencontre avec le chef d’orchestre Jean-François Sénart est décisive, le conduisant naturellement vers la direction d’orchestre, tout autant que celle du chef de chœur et d’orchestre José Aquino qui lui a permis d’approfondir ses connaissances alliant l’orchestre et le chœur. Durant sa formation de chanteur et au long de sa carrière, son lien au chef de chœur de l'opéra de Paris, Jean Laforge, ouvre en lui, définitivement, la dimension du chef de chœur et d'orchestre.

Sa collaboration avec l’orchestre des pays de Cocagne  lui offre de diriger des œuvres telles que le concerto pour orgue et orchestre Ob XIII.2 de J. Haydn, un programme « musiques de l’espace » et des œuvres comme :
Les planètes de Holst (Jupiter),
Star Wars (la marche de l’empire),
Le beau Danube bleu
Le prélude « Also Sprach Zaratustra » de Strauss,
La passacaille en Ré mineur de Buxtehude,
La Sinfonia en ré de Herschel…..

Avec l’ensemble vocal de Toulouse dirigé par Alix Bourbon, il conduit Didon et Enée de Purcell, en version scénique.

Christian Nadalet collabore depuis plusieurs années avec l'ensemble instrumental de l’Ariège avec lequel il a donné la « missa a 4 voci » de Puccini et la sérénade pour cordes op 20 de E. Elgar. De grands projets ont vu le jour avec cet ensemble : le Stabat Mater de Pergolesi avec Feminavoce, les messe brèves de Haydn et Mozart avec « Luxis »,  les Te Deum de Bizet et de Dvorák avec Le chœur Interrégional PAMPA ou encore la sérénade pour cordes de Tchaïkovski , sans oublier le Stabat mater de Schubert avec « Luminance ».

Aboutissent en 2015 et 2016 la petite messe solennelle de Rossini, la « messe en sol mineur et le stabat mater » de Schubert avec Luminance de St Gaudens, un programme « nouvel-an »  puis la création mondiale d'un « Te Deum » écrit par le compositeur Franco-américain Bart Bullock, le Requiem de Brahms dans le cadre du festival « Toulouse les orgues » et la « light mass » de Miskinis aux « nuits musicales de Trie/Baïse  » avec Unité et enfin la « misa tango » de Palmeri en compagnie du chœur de Chambre Midi-Pyrénées.

Ses projets 2017 se concrétisent autour du requiem de Fauré au festival « Eclats de voix », le requiem de Mozart avec trois de ses chœurs principaux et l'orchestre Mozart de Toulouse, ainsi que plusieurs autres concerts faisant intervenir chœurs et instrumentariums divers (te Deum de Barton Bullock).
 
2018 lui offrira, entre autres, deux œuvres phares du grand répertoire avec orchestre : Le requiem de Verdi avec son ensemble vocal Unité, et le Stabat Mater de Dvorak, dans un grand rassemblement de plus de trois cents choristes sur la région Occitanie et sous l'égide d'A Cœur Joie.